logo yoo court fr

Coups de coeur

Coups de coeurs

Faites-nous partager vos lectures !

Chaque mois, nous publions sur cette page vos commentaires et critiques d’un roman, d’une nouvelle, d’un documentaire ou d’une bande dessinée, que vous avez apprécié !

Il vous suffit de nous envoyer par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. votre texte, avec les références du livre et vos coordonnées.

"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : OWENdeliaowens

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n'est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.

A l'âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l'abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie. Lorsque l'irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même...

"Cher corps" de Léa Bordier

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote 305 BORD, à l'espace BiblioBDCher Corps

12 témoignages de femmes parlant librement de leur rapport au corps : Marie-Paule a milité pour la pilule dans les années 70, Aurélie a surmonté son anorexie, Mai et son rapport au corps passé 40 ans, Shonah a vécu 4 ans d'errance médicale pour vivre une sexualité épanouie, Blaise se considère agenre, Léna, 13 ans, se débat avec ses problèmes d'adolescente, et d'autres encore...
 
Retrouvez sur la chaîne "Cher corps", créée en 2016 par Léa Bordier, les témoignages de femmes à l'origine de la BD :

"Un livre de martyrs américains" de Joyce Carol Oates

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote OATEjoycecaroloates

Fresque polyphonique de huit cents pages, le dernier roman de Joyce Carol Oates ausculte la société américaine à l’aune de ses divisions sur l’avortement.

La passion qu’elle voue depuis toujours à « la vie extraordinaire des gens ordinaires » est à la source de sa vocation d’écrivain, nous déclarait Joyce Carol Oates lorsqu’on l’avait rencontrée il y a deux ans, alors que paraissait en France Paysage perdu, livre de Mémoires, centré sur son enfance dans l’Amérique rurale des années 1940. À travers eux, ces « gens ordinaires », c’est un portrait multidimensionnel de l’Amérique, son histoire, sa psyché, ses contradictions, ses mythologies, que la romancière s’emploie à tracer depuis plus d’un demi-siècle. […]
 
Luther Dunphy est de ces Américains moyens auxquels Oates s’est consacrée, projeté hors de la foule des anonymes ce matin de novembre 1999 où il abat à coups de fusil le docteur Augustus Voorhees, obstétricien et directeur du Centre des femmes de la petite ville de Muskegee Falls, Ohio. « Le Seigneur me le commanda. Dans tout ce qui arriva, ce fut Sa main qui ne faiblit pas », pense Luther Dunphy, protestant évangélique, membre de l’Église missionnaire de Jésus de Saint-Paul mais aussi des organisations anti-avortement Operation Rescue et l’Armée de Dieu. […]

Lire la suite

"Chiisakobé" de Minetarô Mochizuki

Disponible à la bibliothèque-médiathèque dans l'Espace BD sous la cote MOCH

manga

Coup de coeur de Madame Cosima Frieden, enseignante de français et d'anglais

Chiisakobé est un très bon manga en quatre gros volumes. C'est une adaptation d'un roman d'un certain Yamamoto Shugoro, qui doit dater des années 40 ou 50. Il y a un joli décalage entre les images et looks très mode et les valeurs d'un Japon old school que les personnages incarnent. C'est plein d'amour intense et de non-dits, de personnages bizarres, et de prises de vue hyper esthétiques. En bref, j'ai eu l'impression d'un scénario de Jane Austen, situé au Japon, mis en scène par Wes Anderson: que des bonnes choses. Petit malaise quand même, y a beaucoup d'angles de vue sur des corps de femmes qui rappellent Martine. Vous me direz si vous leur avez trouvé une justification quelconque.
C. Frieden, 14 octobre 2019

"Le parfum de l'hellébore" de Cathy Bonidan

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : BONIc bonidan

Coup de coeur de Madame Isabelle Dupasquier, secrétaire 

Au centre psychiatrique Falret, seul Serge, le jardinier taciturne, calme les crises de Gilles, petit autiste de 11 ans et l'ouvre un peu au monde.
Deux jeunes filles observent leur tendre manège : Anne, la si sérieuse nièce du directeur, et Béatrice, la malicieuse, qui toise son anorexie d'un œil moqueur. Dans ce roman plein d'espérance, leurs destins vont se croiser, entre légèreté et mélancolie.
La vie réserve heureusement bien des surprises.

 

"Les Inéquitables" de Philippe Djian

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : DJIA djian

LE PLAISIR DU DANGER

Erotique et violent, le dernier roman de Philippe Djian, «Les Inéquitables», est avant tout jubilatoire. Déjouant les clichés, il dresse le portrait d’une femme puissante.
 
Cela commence par un coup de poing. Marc, jaloux, se bat pour Diana, à laquelle un homme vient de faire des avances devant lui. Une méchante droite lui laisse la dentition amochée. Cela tombe bien: Diana est dentiste.
 
Nous sommes dans une ville au bord de l’océan qui pourrait être Biarritz, balayée par «un vent d’automne coriace»; «le sel mange tout», les palmiers des avenues «ploient en chœur sous les rafales», quand ils ne sont pas décimés par un redoutable papillon venu d’Amérique. Le lecteur craint le pire, dans ce climat de fausse tranquillité, et il a raison. Les personnages glissent vers la catastrophe, «se fourrent dans les ennuis, comme s’ils y sautaient à pieds joints pour en avoir jusqu’au cou». Et le lecteur de sauter à pieds joints de même dans ce récit qui ne cesse de le surprendre, de déjouer les attentes et les clichés, tout en le gardant captif.
 
Djian, l’auteur de 37°2 le matin, de «Oh…» ou de Vers chez les blancs, près de quarante romans et récits au compteur, sait jouer du flou avec une grande précision, dévoile peu à peu les rapports ambigus de ses personnages, pratique l’ellipse avec élégance. Il pousse ses antihéros, apparemment anodins au départ, dans leurs retranchements, la banalité est chauffée à blanc, jusqu’à l’extraordinaire. Il sait «jusqu’où aller trop loin», pour reprendre le mot de Cocteau, en l’occurrence jusqu’au gore, au grotesque, faisant accepter à son lecteur toutes les déchirures du récit, des corps et des destins.

Lire la suite

"Si Beale street pouvait parler" de James Baldwin

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : BALD  baldwin

 
Si Beale Street pouvait parler, elle raconterait à peu près ceci : Tish, dix-neuf ans, est amoureuse de Fonny, un jeune sculpteur noir. Elle est enceinte et ils sont bien décidés à se marier. Mais Fonny, accusé d'avoir violé une jeune Porto-Ricaine, est jeté en prison. Pendant que les deux familles se mettent en quête de preuves qui pourront le disculper, Tish et Fonny n’ont d’autre choix qu’attendre, portés par leur amour, un amour qui transcende le désespoir, la colère et la haine.
 
Ce roman bouleversant a le goût doux-amer des blues tant aimés de James Baldwin qui montre ici encore son prodigieux talent.
(4e de couverture) 
 

"The Guilty" de Gustav Möller

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : M2555DVD  theguilty

« The Guilty » : quand le spectateur devient auditeur
 
L’intérêt, ludique et pervers, du film de Gustav Möller réside dans la narration d’une action perçue uniquement grâce à la bande-son.
 
Le public veut qu’on lui raconte des histoires et il est prêt à croire à toutes celles qu’il entendra. Le premier long-métrage du réalisateur danois Gustav Möller tient du défi, d’un pari fait avec les spectateurs, celui d’un dispositif contraignant, a priori peu spectaculaire, qui maintiendra ceux-ci en haleine durant plus d’une heure vingt.
 
Un policier, muté au standard du commissariat où on l’a relégué à la suite d’une faute professionnelle (la culpabilité sous-tend ainsi, comprend-t-on, le comportement du personnage principal), passe son temps à répondre aux appels en tous genres qui lui parviennent. Il intercepte celui d’une femme qui prétend avoir été victime d’un enlèvement, emmenée en voiture par son présumé kidnappeur.

Lire la suite

"33 tours" de David Chariandy

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : CHAR33tours

Petite musique de vie

Dire que 33 Tours est un coup de poing dans l’estomac résonne comme un cliché collé sur une quatrième de couverture. On évitera donc la formule, éculée, pour qualifier le saisissant livre de David Chariandy. Bouleversant? Le mot a trop souvent été usé pour des historiettes à l’eau de rose. Ici rien ne sent la rose. On renifle le bitume, on flaire le sang, on sent la drogue.

Lire la suite

"Hyperbole" d'Allie Brosh

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote : BROShyperbole

Coup de coeur de Madame Cosima Frieden, enseignante de français et anglais

Révélation de la génération Internet, la jeune auteure (28 ans) de ce roman graphique né d'un blog s'épanche avec humour surréaliste sur les insatisfactions chroniques de la condition humaine au féminin.

Lire la suite

"La fête est finie" réalisé par Marie Garel-Weiss

Disponible à la bibliothèque-médiathèque sous la cote: M2475DVD 

feteestfinie

C’est une histoire de fusion. Céleste et Sihem se rencontrent en centre de désintoxication. Immédiatement, pour sortir de la dope, ces deux sœurs de hasard s’unissent contre le reste du monde. Un monde qui ne peut les comprendre, où rôde la tentation de replonger. Pour les deux amies, renvoyées du centre et tenaillées par le manque, l’amitié fusionnelle sera-t-elle un danger ou une chance ?…

Lire la suite

Collège Sainte-Croix
Rue A.-de-St-Exupéry 4
1700 Fribourg 
Tél +41 (0)26 305 21 20
 

> Voir toutes les informations

logo ecolpublique blanc